[ Navigation ] Accueil > Des études sur l'oeuvre > Les plantes dans le vivant


LES PLANTES DANS LE VIVANT


Le végétal est le premier élément vivant qui est apparu sur la Terre.

        Les premiers végétaux qui sont apparus sont très primaires: ce sont des lichens, des algues, des mousses, des fougères et aussi des arbustes et des broussailles. Pourtant ces arbustes, ces broussailles ont permis à des animaux inférieurs de vivre: chacals, reptiles... Par la suite, les espèces végétales et animales se multiplient. Un jour, les arbres apparaissent et se diversifient en espèces.

  • Chaque espèce a une fonction, une mission qui la fait participer à l'Oeuvre d'évolution sur la Terre. Il existe aujourd'hui:

    • Des arbres évolutifs comme le chêne.

    • Des arbres éboueurs, comme le platane. Les arbres éboueurs absorbent les particules nocives pour l'homme ou les animaux.

    • Des arbres accumulatifs qui, comme leur nom l'indique, accumulent les énergies pendant leur vie pour en nourrir d'autres espèces après leur mort.

    • Des arbres métaboliques qui absorbent les particules qui se trouvent dans la troposphère, les métabolisent eux-mêmes, et une fois métabolisés, les remettent dans la troposphère sous une forme beaucoup plus subtile.

  • Chaque espèce possède également une psychologie (Déf.):
  •         Il existe des arbres cancaniers (Déf.), des arbres orgueilleux (Déf.),des arbres sociables (Déf.), des arbres vaniteux (Déf.) etc.. Chaque fois qu'une espèce aura accompli sa mission, elle disparaîtra et d'autres espèces de nature plus subtile la remplaceront.

Ainsi, très tôt, le règne végétal participe
au développement de la solidarité entre les espèces vivantes.

Il est partie intégrante du vivant sur la Terre. Il contribue à assurer son unité.

        Au début, l'atmosphère terrestre est presque vide de particules. Peu à peu, au fur et à mesure que le vivant se multiplie sur la terre, que les corps deviennent de plus en plus subtils, l'atmosphère se peuple, les cellules s'y multiplient et deviennent plus subtiles. Il s'y forme un mouvement de flux et de reflux d'énergies entre les végétaux et les animaux. Ces mouvements sont le fait de particules, de microéléments et de micro-organismes.

        Chacun absorbe, s'enrichit, rejette et enrichit ainsi l'atmosphère permettant au vivant de devenir de plus en plus subtil, ceci jusqu'à l'homme. Aujourd'hui, les arbres absorbent des cellules énergétiques drainées par l'homme qui, lui-même, s'enrichit des énergies du végétal.

Comment les plantes aident-elles l'être humain?

  •         La plante agit au niveau des énergies subtiles. Elle extrait de l'atmosphère tout micro-organisme nocif pour notre respiration, elle le métabolise et le renvoie "plus subtil" dans l'atmosphère ou dans les fruits que nous mangeons. Actuellement, les plantes primaires comme les broussailles drainent des énergies trop faibles pour être en mesure d'apporter quelque chose à l'homme ou à l'animal supérieur.
            Étant donné le niveau d'évolution de l'humanité, il faut que l'homme remplace les broussailles par des arbres qui sont plus efficaces pour sa biologie. Actuellement, ce sont les conifères qui lui correspondent. Mais aussi des espèces supérieures comme le chêne, le noyer, l'érable, le hêtre, le châtaignier, le noisetier, le cerisier ou l'olivier qui renferment des micro-éléments très subtils.

  •         Au plan de la vie de Subsistance également , comme nous le savons, les végétaux verts purifient, par la photosynthèse, l'air que nous respirons. De plus, ils nourrissent tous les êtres vivants et par conséquent maintiennent la vie sur la terre par la propriété qu'ils ont, grâce à leur chlorophylle, de capter et d'utiliser l'énergie des radiations lumineuses pour faire la synthèse des constituants organiques de la matière vivante.

Voici ce qu'a écrit Dorotea Büttner de Zeberio à propos des arbres:

        "L'arbre fut toujours présent dans les occupations de l'être humain. Imaginons notre planète sans arbres. La vision serait désastreuse étant donné que sans arbres l'atmosphère serait irrespirable; les oiseaux non plus n'existeraient pas; il n'y aurait pas d'ombre où se réfugier, ni fruits, ni odeurs agréables qui parfument la douce nuit. Nous n'entendrions pas le murmure du vent entre les feuilles. L'encens n'existerait pas, ni les essences, ni les infusions médicales, ni l'homéopathie. La vie s'éteindrait lentement et notre planète Terre se convertirait en sol aride, inhospitalier".

        "Enseignons aux enfants la valeur du monde végétal. Faisons en sorte qu'ils plantent "leur" arbre, "leur" arbuste pour que naisse en eux l'obligation de les soigner. C'est la seule solution pour que, dans l'avenir, nos amis les arbres existent encore pour nos enfants."


[ Bienvenue ] [ Accueil ] [ Tomas Zeberio ] [ Dorotea Zeberio ]
[ Publications ] [ A propos de nous ... ] [ Méthodes de travail ]

[ Etudes sur l'oeuvre ]


Copyright 1999-2001 ©. Le Centre Français José Tomás ZEBERIO.